Ici et ailleurs

La papeterie en Amérique latine


La culture de la papeterie n'est pas la même d'un pays à l'autre. Les usages et les traditions, nous avons décidé d'en faire un carnet de voyage sur le blog. Première étape de cette aventure à la découverte du monde à travers ses usages des (beaux) papiers, l'Amérique Latine.

une ribambelle de faire-part papel picado Rosemood

Pour ce premier embarquement pour découvrir les papiers des jours heureux dans le monde, nous avons choisi l'Amérique du Sud !  Luisa de Colombie, maman d’un petit Nathan qui a 3 ans, mais aussi Griselda d'Argentine, maman de Soline (3 ans) et Rafael (15 mois) et Sandra, Mexicaine qui travaille avec nous depuis quelques mois, ont accepté de répondre à nos questions.


 
Notre première question est simple. Dans votre pays d’origine, est-ce que l’on aime les cartes, les faire-part, les invitations, bref la papeterie en général ?

Sandra  : Au Mexique, les gens aiment la papeterie personnalisée. Toutefois, ce n'est pas non plus une norme, car tout le monde n'a pas les moyens de se le permettre.

Griselda : En Argentine, on adore la papeterie en général. Les faire-part de baptême ou de mariage restent longtemps exposés dans les salons parmi les bibelots. J’en ai souvent vu chez mes parents ou d'autres personnes de ma famille.

Luisa : Chez moi en Colombie, nous utilisons principalement la papeterie comme invitations. Les cartes de félicitations ne sont presque plus utilisées depuis qu’internet a pris une place plus importante dans notre quotidien. 

Comment annoncez-vous l’arrivée d’un enfant ? Existe t-il des coutumes particulières ?

Sandra : Pour autant que je sache, les faire-part de naissance n'existent pas vraiment au Mexique. La naissance d'un bébé est plutôt annoncée par le bouche à oreille. Si les gens ont les moyens, ils font une séance photo avec leur nourrisson pour ensuite offrir des tirages à leur famille et à leurs amis. On en fait aucune annonce officielle sur de beaux papiers, comme ici en France.

Luisa : En Colombie, nous n'avons pas de tradition spécifique pour annoncer l'arrivée d'un enfant. Aujourd'hui on l'annonce via les réseaux sociaux. Il y a quelques années, les parents publiaient une photo et un message dans les journaux.

Griselda : C'est plutôt le bouche à oreille pour nous aussi. La poste argentine n'est pas aussi fiable et accessible qu'ici. C'est sûrement pour ça qu'on envoie peu de faire-part de naissance. En général, la première carte envoyée à propos d’un enfant chez nous est son faire-part de baptême ou une invitation à sa baby shower, mais on ne peut pas appeler cela une tradition locale !

 

"Au Mexique, pendant la cérémonie du baptême, le parrain de l'enfant jette une grande quantité de pièces (appelées Bolo) : elles apportent chance et prospérité."

 

Parlons baptême justement ! La religion revêt souvent une place importante en Amérique Latine. Comment se prépare un baptême dans votre pays ?

Luisa : En Colombie, nous envoyons des faire-part de baptême. Il faut que les cartes soient très sobres et sans photo. Elles sont généralement blanches avec une colombe et sans information superflue. La tradition colombienne dit que le baptême doit être solennel et sobre du début à la fin, par respect pour ce rituel religieux.

Griselda : En Argentine, les nouveau-nés sont baptisés dès leurs premiers jours si possible. Les faire-part de baptême et la papeterie de décoration du jour J sont très importants. Ils doivent être accordés à la décoration générale, jusqu'aux dragées. On aime aussi offrir un souvenir du baptême aux invités, quelque chose de fait-main souvent, qui se garde en souvenir.

Sandra : Au Mexique, les baptêmes sont très importants et ils sont habituellement célébrés dans les six mois du bébé. Au cours de la cérémonie, le parrain du bébé jette une grande quantité de pièces (appelées Bolo). Les enfants venus à la fête les recueillent et les gardent. C'est pour porter chance et prospérité au bébé. Généralement, les invitations comportent des images religieuses, une croix d'un côté et les détails (lieu, nom des parents et parrains) de l’autre. De nos jours, certaines familles moins pratiquantes baptisent leurs enfants parce que c'est une tradition mais envoient des invitations plus modernes, moins orientées « religion ».

Un anniversaire important chez les jeunes filles en Amérique Latine, le 15e anniversaire. Racontez-nous ce qu'il représente pour vous et quel souvenir vous gardez de votre « Quinceanera » ? 

Griselda : Pour nous les Argentines, cela représente une étape dans la vie. C'est le passage de jeune fille à femme. Le père présente sa fille au monde, à la société. Mon souvenir, c'est celui d'une grande fête conviviale, on a beaucoup dansé... Et puis je me souviens de la fierté dans les yeux de mes parents, c'est imprimé dans ma mémoire.

Sandra : Une « Quinceanera » au Mexique, c'est l'anniversaire d'une jeune femme mature, capable de prendre ses propres décisions. Traditionnellement, les Mexicaines font toujours une fête pour le célébrer. Ce type d'événement est tellement grand qu'il est parfois aussi coûteux qu'un mariage ! Chez nous, il y a toujours une invitation papier assortie à la couleur de la robe.

Luisa : En Colombie, la fête des 15 ans prend une place énorme. Toutes les couleurs doivent être accordées, c'est pour ça que le choix des cartes d'invitation est très important, ça donne le point de départ pour le reste de la fête. Je me souviens pour mes 15 ans, ma mère n'approuvait pas mon choix de couleurs, je voulais simplement du noir. Sauf que les fleurs et le noir pour un jour si important, c'est déprimant en fait. Nous sommes donc arrivées à un accord, tout serait noir et vert pomme. Ma robe était noire, mais les fleurs, les bougies, les cartes d'invitation et les cartes de remerciement étaient vertes avec une petite touche de noir.

"En Colombie, la mariée doit porter quelque chose de volé, une autre bleue et quelque chose de neuf mais aussi d'ancien."

Parlons un peu mariage. Comment se prépare la papeterie de mariage chez vous ?
 
Luisa : En Colombie, la tradition veut que les invitations pour un mariage soient données en mains propres aux personnes les plus proches du couple dans la mesure du possible. Toute invitation à ce type d'évènement doit être envoyée avec un minimum de 4 mois à l'avance. Si le couple habite loin, la coutume dit que l'on peut effectuer un envoi groupé vers la ville où habite la plupart de la famille. Les parents ou grands-parents qui les reçoivent, se chargent alors de transmettre les invitations.

Griselda : Si on compare avec la France, l’Argentine n'est pas aussi avancée niveau papeterie de mariage ! Dans les grandes villes comme la capitale Buenos Aires il existe quelques imprimeurs qui créent des faire-part et de la papeterie de mariage. Mais on est loin de ce que vous faites chez Rosemood, vraiment. Du coup, on fait souvent des choses assez simples, sur de beaux papiers et parfois même ils sont écrits à la main.

Sandra : Au Mexique, si vous habitez en ville et que vous prévoyez un mariage somptueux, une invitation de mariage est toujours envoyée avec des pass pour entrer dans le lieu du mariage. Chez nous, il est rare d'obtenir une réponse RSVP. Par conséquent, beaucoup de gens ne les envoient pas avec leurs invitations. Les RSVP sont verbaux et vous obligent à appeler beaucoup de personnes pendant le processus de planification. De nos jours, beaucoup de futurs mariés utilisent Facebook pour faciliter le processus. Si vous habitez dans des villes ou des villages plus petits, tout le monde est invité et il n'y a généralement pas d'invitation papier envoyée. Les nouvelles sont partagées par le bouche à oreille.

 

Enfin, une dernière question : comment se déroule le jour J en général ? Y a t-il des traditions particulières dans vos pays ?  

 

les arras de Mexique et Colombie

Sandra : Le Mexique a beaucoup de peuples indigènes et chacun célèbre ses mariages un peu différemment. En général, il s'agit d'une combinaison de coutumes indigènes et de pratiques catholiques mais les traditions de mariage varient d'une ville à l'autre et même d'une famille à l'autre. Par contre, la cérémonie religieuse reste ce qui unit tous les mariages. Dans certaines parties du Mexique et dans certaines familles, le marié donne à la mariée 13 pièces d'or appelées "arras". Le marié donne à son épouse les 13 pièces comme symbole de confiance. Les pièces représentent le Christ et ses 12 apôtres et le cadeau est présenté dans une boîte ornée généralement. Il est aussi fréquent d'avoir des parrains appelés « padrinos ». Ils servent de sponsors pour différents aspects du mariage tels que les fleurs, la cérémonie, le gâteau et même la robe de mariée.

 

Luisa : En Colombie, les mariages Catholiques se prononcent directement à l’église, sans avoir besoin de passer avant par la mairie. L'État a un accord avec l'église pour leur permettre de signer tous les documents légaux à la fin de la cérémonie. Lors de celle-ci la mariée est à la gauche du marié pour qu'il puisse avoir sa main droite de libre, au cas où il devrait sortir son épée pour défendre sa bien-aimée. Je vous rassure, cela n'arrive plus. :)

Enfin, la mariée doit porter quelque chose de nouveau, quelque chose de bleu, quelque chose de vieux et quelque chose de volé. Dans les familles le plus traditionnelles, l'homme doit aussi donner à la mariée "les arras" qui sont 13 pièces d'or pour symboliser le partage des biens dans un couple.

Griselda : Chez moi dans le Nord de l'Argentine, on ne doit pas avoir quelque chose de volé mais plutôt d'emprunté. En général, c'est un bijou de famille. Mais sinon, nous partageons le reste des coutumes que tu énumères Luisa, le bleu, un accessoire nouveau, un autre ancien. Autant le jour J peut ressembler à un mariage tel qu'on en voit en France, religieux ou civile, chic ou festif, autant chez nous, c'est l'enterrement de vie de jeune fille et de garçon qui est extravagant, déluré et vaut son pesant d'or.

Pour préparer le mariage de mes sœurs Georgina et Gabriella par exemple, nous avons défilé dans un grand pick-up partout dans le centre de notre petite ville, déguisées et avec de la musique à fond. La fête a duré 3 jours. Un mariage doit être dans cet esprit : il faut que l'ambiance soit géniale, que les gens s'amusent et soient émerveillés par le moindre détail, l'étiquette assortie, les dragées, les cotillons faits à la main....Encore une fois, il faut que la papeterie décorative soit très personnalisées et bien sûr, aux couleurs du thème.

 

 Muchas gracias Sandra, Luisa y Griselda. Et nous ? On se retrouve très vite. Vous avez aimé cet article ? Dites-le nous en commentaire ! :)

 

 

 

 

Crédit photos : 

https://www.argyor.com/es/
(arras - pièces)
 
https://www.bodas.com.mx/debates/7-maracas-para-tu-boda-mexicana--t167909
(maracas)

Laissez-nous un commentaire